Comment choisir un Fond Commun de Placement?

 

La sélection d’un fonds va tout d’abord s’apprécier en fonction de l’horizon de placement du contribuable. Il convient en effet de définir la durée pendant laquelle il est prêt à immobiliser son argent. Cela est toutefois à nuancer : le contrat d’assurance-vie, par exemple, est un placement de long terme. Pour autant, l’argent n’est pas bloqué et le contribuable peut effectuer des rachats réguliers en fonction de ses besoins.

Le niveau de risque

Afin de sélectionner des fonds adaptés au profil du contribuable, il est primordial de définir son aversion au risque et notamment sa tendance à privilégier davantage la sécurité ou le rendement.

On distingue alors trois profils :

–          Prudent : dans cette catégorie, le client ne recherche pas nécessairement du rendement mais de préférence la sécurité. Le risque est proche de zéro et l’espérance des rendements est donc faible.

–          Equilibré : le risque de fluctuation est moyen mais le client peut espérer avoir une bonne rentabilité. Il prend davantage de risque mais celui-ci reste limité.

–      Dynamique : le risque peut ici présenter d’importantes fluctuations mais l’espérance de rendement en est proportionnelle. Le client aime le risque car il sait que les rendements qui l’accompagnent peuvent être volumineux.

 

 

Les performances du fonds

Même si l’analyse de la performance d’un fond peut être superflue dans certains cas (d’autres critères rentrant également en jeu), il convient d’observer sa tendance sur une durée à court et long terme (horizon à 3 mois, 6 mois, 1 an, 3 ans, 5 ans, voire plus). L’objectif est de constater une stabilité dans les performances ou un mouvement croissant régulier.

 

La volatilité

La volatilité est un des éléments essentiels dans le choix d’un fonds. La volatilité permet de mesurer le degré de risque d’un fond. Plus la volatilité est élevée, plus le fond est risqué. Ainsi, si deux fonds ont la même performance, on privilégiera celui qui a la volatilité la plus faible. L’objectif est de repérer la régularité avec laquelle la performance est délivrée.

 

Le ratio de Sharpe

Ce ratio mesure le couple rendement/risque de chaque investissement. Il se fonde sur l’hypothèse qu’un risque ne mérite d’être pris que s’il permet d’obtenir une performance supérieure à celle d’un placement sans risque.

 

L’allocation du portefeuille

Chaque fonds est investi de manière différente. Il peut en effet comprendre des classes d’actifs similaires mais elles seront réparties dans des proportions diverses.

 

La notation quantitative

Sous la forme d’une notation par étoiles, l’analyse quantitative de Morningstar permet d’identifier, dans une catégorie donnée, les fonds ayant eu le meilleur comportement et le meilleur rendement corrigé du risque, au cours des dernières années. Morningstar ne note que les fonds affichant au moins 3 ans d’ancienneté.

 

La solidité financière de la société de gestion

Un fonds est toujours rattaché à une société de gestion. Même si celui-ci peut présenter une belle performance, il faut également prendre en compte la santé de la société de gestion. Il faut en effet regarder si les bénéfices sont récurrents, la solvabilité et la trésorerie. Il faut veiller à la bonne gestion de la société.