Placer son argent à l’étranger

 

Est-ce légal de placer son argent à l’étranger ?

Sur le plan légal, il est parfaitement licite pour un épargnant français de placer une partie, voire l’intégralité, de placer son argent hors de l’Hexagone.

La liberté de circulation des capitaux est devenue la règle. A condition de le déclarer lors de sa déclaration de revenus annuelle de revenus, chacun peut donc ouvrir un compte ou contrat d’assurance vie à l’étranger pour y placer son patrimoine financier.

Il n’existe pas de plafond sur les sommes d’argent que l’on peut placer à l’étranger. Ces sommes, qu’il issue d’une épargne personnelle, des fruits de son travail ou d’une succession sont ensuite sont ensuite fiscalisés selon la fiscalité du pays de résidence, et donc comme si cet argent était placé en France.

 

Dans quel pays ouvrir un compte à l’étranger ?

L’avantage des pays tels que la Belgique, le Luxembourg, la Suisse ou encore Monaco est de proposer aux français qui veulent épargner leur patrimoine financier à l’étranger des placements similaires, ou à peu près, à ceux qu’il est possible de trouver dans les banques françaises.

 

Placer en Belgique

Au cœur de l’actualité, suite aux affaires Arnault et Depardieu, la Belgique vient immédiatement à l’esprit de la personne souhaitant placer son argent à l’étranger.

Pour autant, vivre en Belgique est-ce plus avantageux pour son épargne qu’habiter en France ? Rien n’est moins sûr, les taux d’imposition entre les deux pays voisins sont à peu de choses près similaires. Alors, où trouve-t-on les avantages à placer son patrimoine financier en Belgique ?

Tout d’abord, l’Impôt Sur la Fortune n’existe pas en Belgique, cela peut donc inciter certaines familles françaises à s’exiler en Belgique. Pour autant, une personne à l’ISF en France sera imposée sur son patrimoine mondial au regard de ce même impôt.

Les solutions pour placer votre argent en Belgique sont sensiblement les mêmes qu’en France. L’intérêt d’un placement en Belgique pour un résident français semble donc limité.

 

La Rolls des placements : le Luxembourg

le-luxembourgLa fin du secret bancaire en Suisse et l’image remarquée de la Belgique, avec des exilés fiscaux français de renom, a mis en avant le Luxembourg dans l’actualité financière.

Depuis quelques années, le Luxembourg attire des capitaux de plus en plus importants.

Rien de surprenant car le Luxembourg bénéficie de plusieurs atouts indéniables.

Tout d’abord, un système de Super-Privilège est mis en place pour les placements financiers déposés au Luxembourg. En cas de faillite, l’épargnant est remboursé avant tous les autres créanciers et sans limite de montant.

Alors qu’en France, l’argent placé par le souscripteur entre de fait dans le bilan de la banque, l’investisseur reste entièrement propriétaire de la valeur de ses placements au Luxembourg.

Un détail qui peut avoir son importance en cas de défaillance de l’organisme financier. En France, si l’épargne d’un compte titre ou d’une assurance vie est théoriquement protégée à hauteur de 70 000 euros, il faut aussi que le même fonds de garantie dispose d’une trésorerie suffisante.

Par ailleurs, le secret bancaire est inscrit dans la constitution luxembourgeoise. Ainsi, l’article 41 de la Loi sur le Secteur Financier, celui régissant le secret bancaire, existe toujours.

Enfin, n’oublions pas enfin que le Luxembourg est un pays extrêmement solide, noté AAA par Standard & Poor’s.

Le contrat d’assurance vie luxembourgeois est souvent la Rolls des placements pour un résident fiscal français et même pour un français non résident.

Le système bancaire luxembourgeois est reconnu pour son professionnalisme et son efficacité. Il propose de nombreuses solutions d’investissement et d’épargne. 

 

La précision des banquiers Suisses

placer-en-suissePlacer son argent en Suisse peut être une option intéressante car les banques suisses sont reconnues pour la qualité de leur gestion financière, très précise et performante.

Seule faiblesse : les taux de change entre l’Euro et le Franc Suisse CHF qui ne sont pas forcément toujours très favorables à l’épargnant. Toutefois, il est de plus en plus fréquent que les banques helvétiques laissent le choix, pour toute ouverture de compte à leurs clients transfrontaliers, du libellé de la devise.

La Suisse est un pays qui rassure. Sa monnaie compte parmi les plus stables et est soutenue par 30 % des réserves d’or mondiales. Son économie résiste globalement bien aux évolutions conjoncturelles et structurelles avec une inflation quasi-nulle.

Avoir un compte en Suisse, c’est la garantie d’un maximum de discrétion sur votre richesse personnelle.

Toutefois, la Suisse n’est plus le paradis fiscal qu’elle était.

Le 27 mai 2015, l’Union européenne et la Suisse ont signé à Bruxelles un accord historique sur la transparence fiscale, mettant fin au secret bancaire suisse pour les résidents de l’UE.

 

Les formalités pour placer son argent à l’étranger

Toute personne titulaire d’un compte bancaire à l’étranger doit le déclarer au fisc français.

En cas d’absence de déclaration, l’amende peut être importante. Pour autant, déclarer un compte est parfaitement légal.

Dans le cadre d’une assurance vie ouverte à l’étranger, au Luxembourg par exemple, le titulaire du contrat donne son accord, au travers d’un mandat fiscal, pour que l’assureur prélève l’éventuel impôt dû en cas de retrait

 

La fiscalité de votre placement à l’étranger

Clairement la fiscalité n’est pas le premier motif d’ouverture d’un compte ou d’une assurance vie à l’étranger. La première raison pour placer une somme d’argent à l’étranger est aujourd’hui … la sécurité.

Côté fiscal, il n’y a pas d’optimisation spécifique car, en effet, toute personne ayant sa résidence fiscale en France doit payer l’impôt français sur tous ses revenus, y compris ceux en provenance de l’étranger.

Pour rappel de l’article 4B du Code Général des Impôts :

I. sont considérées comme ayant leur domicile fiscal en France au sens de l’article 4 A du Code Général des Impôts :

  1. Les personnes qui ont en France leur foyer ou le lieu de leur séjour principal ;
  2. Celles qui exercent en France une activité professionnelle, salariée ou non, à moins qu’elles ne justifient que cette activité y est exercée à titre accessoire ;
  3. Celles qui ont en France le centre de leurs intérêts économiques

II. Sont également considérés comme ayant leur domicile fiscal en France les agents de l’Etat qui exercent leurs fonctions ou sont chargés de mission dans un pays étranger et qui ne sont pas soumis dans ce pays à un impôt personnel sur l’ensemble de leurs revenus.

 

Diversifier les risques sur vos placements

Protéger son patrimoine, et notamment son argent et ses liquidités, c’est faire preuve de prudence.

La prudence doit donc inciter à diversifier les risques au niveau des acteurs partenaires, banques et sociétés de gestion, mais également au niveau des Etats eux-mêmes.

C’est pourquoi nous recommandons à nos clients d’avoir une démarche réfléchie et responsable envers eux-mêmes et leurs descendants en scindant le Risques Pays de leur patrimoine financier et en ouvrant des comptes ou contrats d’assurance vie dans des pays autres que la France.