Placer dans un FIP ou FCPI pour réduire son IR

 

 

Définition des Placements FIP et FCPI

 

Défini par l’art L. 214-31 du Code monétaire et financier les FIP et FCPI entrent dans la catégorie des Fonds Commun de Placement à Risque (FCPR).

Placer son argent en FIP ou FCPI consiste à investir dans des petites et moyennes entreprises (PME) non cotées en bourse. Plus précisément, l’investisseur vient participer au financement d’entreprises locales ou innovantes en vue d’une plus-value à terme.

 

La souscription de parts de FIP ou FCPI ouvrent droit :

–          Soit à une réduction de l’impôt sur le revenu (IR) ;

–          Soit à une réduction de l’impôt sur la fortune (ISF).

 

 

 

LA COMPOSITION DES FIP ET FCPI DEPUIS LE 1ER JANVIER 2016

 

Pour être éligible à la réduction IR ou ISF, les FIP et FCPI doit répondre à certaines conditions quant à la composition de son actif.

 

Pour les FIP :

Le fonds doit être constitué d’au moins 70% de titres de PME émis par des sociétés ayant leur siège social dans un Etat membre de l’Union européenne et qui représente au moins 5% du capital (sans pour autant excéder 15% de son actif).

 

Le quota de 70% doit être atteint au premier exercice suivant la création du fond et il doit être respecté à tout moment.

 

Depuis le 1er janvier 2011, le FIP doit également respecter un sous-quota de 40% de fonds propres.

 

 

Pour les FCPI :

De la même manière que pour les FIP, un FCPI doit être constitué à minima de 70% de titres de PME.

 

Le quota de 70% doit comporter des titres financiers, parts de société à responsabilité limitée (SARL) et avances en compte courant.

 

 

FONCTIONNENT DES FONDS

 

La souscription au FIP un outil de diversification pour le contribuable. Ce dernier immobilise de l’épargne afin d’investir dans un support à risque mais avec un potentiel de rendement favorable.

 

Une fois la période de souscription fixé par le règlement interne du FIP, le contribuable pourra investir.

 

La durée d’investissement est fixée à 5 ans pour les FIP classiques et 8 ans pour les autres. Au terme, le contribuable espère obtenir une plus-value.

 

LE FIP CORSE

 

Outre les FIP classiques comme vu précédemment, il existe également le FIP Corse. Il présente les mêmes aspects à la différence qu’il ne répond pas aux mêmes exigences concernant la zone géographique de l’investissement.

 

Le fonds doit, en effet, investir dans des titres de sociétés exerçant leur activité exclusivement dans des établissements situés en Corse

 

 

REDUCTION D’IR ACCORDEE

 

FIP classique :

La souscription de parts de FIP classique permet aux contribuables d’obtenir une réduction d’impôt à 18%.

 

La réduction d’impôt maximale annuelle est donc égale à 2 160€ ou 4 320€ selon la situation familiale du souscripteur.

 

FIP Corse :

La réduction d’impôt sur le revenu se distingue aussi des FIP classiques puisqu’il permet une réduction d’impôt de 38% du montant investi.

 

Un couple (marié ou pacsé) pourra investir jusqu’à 24 000 €, soit bénéficier d’une réduction d’impôt de 9 120€.

Une personne seule sera, quant à elle, plafonnée à un investissement de 12 000 € soit profiter d’une réduction maximale de 4 560 €.

 

 

REDUCTION D’ISF ACCORDEE

 

L’assiette concernée par la réduction d’ISF porte sur le montant des versements à hauteur du quota minimum de 70% dans les titres de PME éligibles à la réduction après déduction des frais et commissions.

 

Le taux de réduction pour l’ISF est de 50% et le montant de la réduction est plafonné à
18 000 € par foyer fiscal. Cette règle s’applique pour l’ensemble des FIP et FCPI.

 

EXCEPTIONS FIXEES PAR LA LOI

 

La réduction d’impôt peut être remise en cause en cas de cession des parts avant la durée d’investissement minimum (5 ou 8 ans). Toutefois, la loi prévoit des circonstances exceptionnelles :

–          En cas d’invalidité de 2ème ou 3ème catégorie :

–          De licenciement unilatéral

–          De donation avec engagement de conservation des titres de la part du donataire.

 

 

 

Notre avis sur ce placement financier

Il peut être intéressant de diversifier une partie de son patrimoine dans ce type d’investissement qui permettra d’investir sur des valeurs à potentiel de rendements plus élevés.

 

La réduction d’impôt est optimisée pour les personnes payant plus de 18 000 € d’impôt sur la fortune. Si toutefois, la partie de versement ne donne pas lieu à la réduction ISF, le contribuable est également éligible à une réduction d’impôt sur le revenu.

 

En tant que cabinet indépendant nous sélectionnons les meilleures sociétés de gestion proposant ce genre de placement pour leur capacité à gérer ce type d’investissement. Nous apportons un regard critique sur les fonds grâce à notre expérience sur les marchés.